Un “encyclopédiste du bizarre”, Martin MONESTIER

Monestier, aventurier de l’encyclopédisme alternatif L’encyclopédisme cherche habituellement, soit à réaliser une synthèse générale, soit à traiter un thème précis. Mais, quel que soit le type d’encyclopédies auquel ils s’attaquent, leurs auteurs évitent généralement les sujets réputés offensants, scabreux ou même choquants. Il en est pourtant certains qui s’aventurent hors des sentiers battus pour se…

Détails

Les maquettes “encyclopédiques” de Madame de GENLIS

Les grandes encyclopédies, de précieux outils pédagogiques Les grandes encyclopédies de l’époque des Lumières sont des œuvres monumentales, coûteuses, lentes à produire et soumises à divers aléas, dont le moindre n’est pas la santé financière de leurs éditeurs. Ces ouvrages, essentiellement diffusés parmi les gens cultivés et aisés pourvus des ressources nécessaires pour leur acquisition,…

Détails

Les catalogues de l’absurde de Jacques CARELMAN

Le catalogue Manufrance, une véritable institution La Manufacture française d’armes et cycles de Saint-Étienne, fondée en 1885, plus connue sous le nom commercial de Manufrance, est spécialisée dans la vente par correspondance. À partir de 1894, elle diffuse ses tarifs-albums trimestriels – qui ne prendront le nom de catalogue qu’en 1973 – à un nombre croissant…

Détails

La bibliothèque clandestine d’Auschwitz

Le livre, victime collatérale des conflits En période de crise extrême, la culture se retrouve le plus souvent reléguée loin derrière les urgences induites par un conflit armé ou par la politique répressive d’un régime totalitaire. Quand la question de la survie devient primordiale, au point que tout le reste peut sembler dérisoire et futile,…

Détails

Le Petit dictionnaire insolite des mots régionaux de Loïc DEPECKER

L’”impérialisme” du français Si, depuis l’ordonnance de Villers-Cotterêts, le français est officiellement la langue du pouvoir, de la justice et de l’administration, il ne s’est pas imposé d’emblée comme la langue vernaculaire et quotidienne de la population de notre pays. En juin 1794, l’abbé GRÉGOIRE présente le fameux Rapport sur la nécessité et les moyens…

Détails

Le Petit Larousse vu par le plasticien Gilles BARBIER

Gilles BARBIER, un artiste atypique et déroutant Les superbes illustrations du Nouveau Larousse illustré et du Petit Larousse illustré, ornés en couverture de la célèbre Semeuse d’Eugène GRASSET, confèrent à ces dictionnaires encyclopédiques une valeur esthétique indéniable. Ces ouvrages, loin de n’être que de “beaux objets” agréables à l’œil, procurent à qui les compulse un…

Détails

Et si nous parlions de la météo?

Parlons de la pluie et du beau temps L’observation du ciel et les pronostics météorologiques ont toujours constitué un inépuisable sujet de préoccupation pour l’humanité. Parler du temps qu’il fait ou qu’il va faire est un rite intimement intégré à notre vie quotidienne, dans la mesure où il permet aisément à tout un chacun d’amorcer…

Détails

La faune et l’homme du futur dans les encyclopédies d’évolution spéculative de Dougal DIXON

L’évolution spéculative Le fameux Big Bang, qui a eu lieu 13,7 milliards d’années avant notre époque, a donné naissance à notre système solaire il y a 4,55 milliards d’années, mais la vie ne serait apparue sur notre planète qu’à une période estimée entre 4 et 3,5 milliards d’années avant notre ère. En partant de simples…

Détails

Michel AUDIARD : une lexicographie “façon puzzle”

Audiard, un auteur populaire Michel AUDIARD, avec plus d’une centaine de films à son actif comme dialoguiste, adaptateur, réalisateur et scénariste, demeure, près de 35 ans après sa disparition, une figure à la fois singulière et attachante du cinéma français. Son nom, toujours placé bien en évidence sur les affiches de l’époque, est resté associé…

Détails

Un poème encyclopédique médiéval désormais traduit en français moderne : Le Bréviaire d’amour

Les encyclopédies médiévales Bien des ouvrages médiévaux, même s’ils n’en portaient pas encore le nom, étaient déjà de véritables encyclopédies, dans la mesure où le but de leurs auteurs consistait à compiler et à organiser les connaissances humaines, les arts et les sciences. Certes, les Saintes Écritures restaient encore l’objet primordial de leur propos, mais…

Détails