Amour, Erotisme

Nouveau dictionnaire du langage de l’amour et de la volupté

suivi de l'Emblème des fleurs et de leur signification en amour

Auteur(s) : PERSON de TEYSSÈDRE A.

 Paris, TERRY, libraire-éditeur, Palais-Royal, galerie de Valois, n°185
 édition originale
  1838-Array
 1 vol (215 p.)
 In-24
 chargin rouge, dos à quatre nerfs, motifs dorés en forme de fleurs de lys
 gravure érotique représentant "Vénus tourmentée par l'amour" en frontispice


Plus d'informations sur cet ouvrage :

Publié sans nom d’auteur à Paris en 1838, ce Nouveau Dictionnaire du langage de l’amour et de la volupté est généralement attribué à A. PERSON de TEYSSÈDRE. Ce littérateur très prolifique a traité d’un très grand nombre de sujets, dont le Courrier des amants et le Secrétaire des amants. Mais, si ces sujets sont très voisins de celui de notre ouvrage, rien ne permet de confirmer de manière incontestable la paternité de PERSON pour le livre présenté ici.

Quel qu’il soit, l’auteur affiche un objectif sans prétention : proposer un ouvrage “aussi curieux que divertissant”, susceptible de devenir “le bréviaire de nos élégantes et le Veni-Mecum des amoureux et des amants”. Dans ce curieux petit ouvrage, l’auteur propose une série de courtes définitions, parfois drolatiques mais souvent moralistes, en s’inspirant fortement de deux grands spécialistes des sentences et des maximes : François de LA ROCHEFOUCAULD et Jean de LA BRUYÈRE. Il invite aussi dans ses articles un grand nombre d’écrivains (Charles-Albert DEMOUSTIER, Jean de LA FONTAINE, MONTAIGNE, NINON de LENCLOS, Étienne de JOUY, etc.), multipliant citations et anecdotes qui foisonnent tout au long du livre.

Contrairement à ce que peuvent laisser entendre le titre et la gravure érotique présentée en frontispice, le contenu du dictionnaire n’est guère léger, ni leste ni même enjoué. L’érotisme est pour ainsi dire aux abonnés absents, hormis l’image présentée en début d’ouvrage, et la sensualité revendiquée par l’auteur se révèle bien trop cérébrale pour être émouvante ou même émoustillante. Adoptant par moments le ton narquois et l’ironie détachée d’un dandy goguenard, il fait montre d’un pessimisme parfois teinté d’une certaine misogynie, sur la valeur et la pérennité des passions, des sentiments et des transports amoureux. D’ailleurs, il considère que “les amoureux sont dans la société ce que les fanatiques sont dans la religion” et, à propos de la volupté, il soutient qu’“on peut en jouir sans aimer, et aimer sans la goûter jamais”. Loin de toute velléité de romantisme ou de lyrisme, l’amour est ici scruté d’un œil critique quasi clinique, décrit comme une série de symptômes et de manifestations plus ou moins extrêmes.

Sans doute pour pallier ce manque de flamme et de conviction personnelle, l’auteur a ajouté à son petit dictionnaire le langage des fleurs et des couleurs, censé exprimer un sentiment grâce à la signification symbolique de chacune d’entre elles. Ainsi, l’amaryllis correspondrait à l’étourderie, l’oranger à la douceur, le vert à l’espérance, la fougère à la sincérité, le coudrier à la réconciliation, la pervenche à un doux souvenir, tandis que le myosotis voudrait dire “ne m’oubliez pas !”.

Quelques exemples extraits de l’ouvrage

*Canapé : espèce de trône où la beauté reçoit l’image du libertin.

*Faveurs : dans les faveurs de l’amour, on ne passe guère de l’imagination à la réalité sans y perdre.

*Excuse : en amour, une excuse est toujours mal reçue quand on l’offre à la place d’un plaisir.

*Jurer : c’est surtout en amour qu’il ne faut jurer de rien. Passe-temps des amoureux autant en emporte le vent.

*Sentiment : affection neurale.

*Refroidissement : état d’un amant ou d’une amante chez qui la passion de l’amour s’éteint, et qui l’exprime non par la parole, mais par actions et procédés.

*Rosière : fille couronnée publiquement de roses pour en avoir publiquement défendu le bouton. Spectacle musant pour nos coquettes et nos élégantes qui n’ambitionnent pas cet honneur.

*Soupirs : petite artillerie de la coquette. Signes avant-coureurs d’une défaite. Expression du désir, de la jouissance et du regret.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire