Classification des maladies, Médecine

Nosologie méthodique

dans laquelle les maladies sont rangées par classes, suivant le systême de Sydenham, & l'ordre des botanistes. Traduite du latin de M. François BOISSIER de SAUVAGES. Ouvrage augmenté de quelques notes en forme de commentaire par M. NICOLAS, chirurgien gradué.

Auteur(s) : BOISSIER de SAUVAGES François

 

NICOLAS Pierre François (traducteur et éditeur scientifique)

 à Paris, chez HERRISSANT le fils, rue des fossés de M. le prince, vis-à-vis le petit hôtel de CONDE
 nouvelle édition (la première, en latin, date de 1763)
  1771
 3 vol : tome 1. (XL-800), tome 2. (VIII-759), tome 3. (608 p.)
 In-octavo
 veau, dos à cinq nerfs orné de dorures et de fleurons, pièces de titre et de tomaison en rouge
 bandeaux décoratifs, culs-de-lampe


Plus d'informations sur cet ouvrage :

Médecin, professeur de physiologie et de pathologie à la célèbre faculté de médecine de Montpellier, François BOISSIER de LACROIX de SAUVAGES est également passionné de botanique. Il en occupe d’ailleurs la chaire dans son université à partir de 1740. La botanique et la médecine sont alors intimement liées. En outre, il améliore grandement, sur ses propres deniers, le jardin botanique et correspond avec LINNÉ. Il est l’auteur, entre autres, du Methodus Foliorum, une méthode pour reconnaître les plantes par leurs feuilles. Aussi bien comme botaniste que comme médecin, il acquiert rapidement une grande renommée, tant en France qu’en Europe. Disciple du controversé STAHL, il développe également des théories sur le pouvoir de l’âme sur la guérison du corps, ainsi que sur les mathématiques et la géométrie appliquées à l’art de guérir.

N’oubliant pas sa vocation médicale, et encouragé par de nombreuses personnalités comme BOERHAAVE, il ambitionne, sans doute en s’inspirant de ce qui se tramait alors dans le domaine de la botanique, d’établir une méthode pour classer les maladies. En 1731 est publié à Avignon Nouvelles classes de maladies qui, dans un ordre semblable à celui des botanistes, comprennent les genres & les espèces de toutes les maladies avec leurs signes & leurs indications, dans lequel il met en place les grands principes de sa classification. Il faut pourtant attendre 1763, soit quelques années avant sa mort survenue en 1768, pour que ses idées soient reprises et développées dans le Nosologia methodica.

Cet ouvrage s’apparente tout à la fois à un dictionnaire, à un lexique et à un manuel médical. On y trouve près de 2 400 entrées dont les articles décrivent les symptômes cliniques et les détails anatomiques issus de dissections (“anatomie morbide”) en délivrant parfois des conseils de traitements déjà expérimentés. BOISSIER de SAUVAGES insiste sur la valeur de l’observation directe et attentive du malade. Cependant ce système se heurte à une limite : une maladie peut avoir plusieurs symptômes, et inversement un symptôme peut être commun à plusieurs maladies très différentes.

Cette édition, la première en français, est le fruit du travail de Pierre-François NICOLAS, médecin et apothicaire qui s’illustrera ensuite dans des recherches sur la chimie. Comme l’indique clairement la page de titre, l’auteur prend pour base de travail la classification établie par Thomas SYNDENHAM, mais également celle du grand savant suédois LINNÉ avec lequel il entretient une correspondance. Ce dernier est spécialisé en botanique, l’autre grand domaine d’expertise de BOISSIER de SAUVAGES. Pour lui rendre hommage, LINNÉ donnera d’ailleurs le nom de sauvagesia à la famille des ochnaceae.

Le livre est dédicacé par NICOLAS à ANDOUILLÉ du TREMBLAY, écuyer, conseiller, premier chirurgien du roi en survivance, membre de l’Académie des sciences et de médecine. L’ouvrage, initialement rédigé en latin, porte à l’origine le titre complet de Nosologia methodica sistens morborum classes, genera et species, juxta Sydenhami mentem et Botanicorum ordinem. La nosologie est ici présentée sous la forme de 10 classes, regroupant chacune des ordres, divisés à leur tour en 295 genres. Ces classes se présentent ainsi : Vices ou Maladies externes, Fièvres, Inflammations, Spasmes (premier tome) ; Étouffements, Débilités, Douleurs, Folies (deuxième tome) ; Flux, Cachexies, suivi d’une étiologie des classes (troisième tome). À titre d’exemple, la huitième classe, celle des folies, est divisée en quatre ordres : Égarements et Erreurs de l’esprit, Bizarreries et Morosités, Délires, Folies irrégulières. Le premier ordre de cette classe comprend six genres : Vertige, Berlue, Bévue, Tintouin, Hypocondrie, Somnambulisme.

Une citation latine de SYDENHAM, pionnier de la nosologie, figure sur la page de titre : « Si morbi cujuslibet historiam diligenter perspectam haberem, par malo remedium numquam non scirem adferre. » François BOISSIER de SAUVAGES a fait ses études à la faculté de médecine de Montpellier, ce qui explique la reproduction, au début du premier volume, de son éloge lu dans une assemblée publique de la Société royale des sciences de cette ville par Étienne Hyacinthe de RATTE, le secrétaire perpétuel.

À noter que l’auteur de cette nosologie est le frère de Pierre-Augustin BOISSIER de SAUVAGES, lexicographe de l’occitan et botaniste, auteur du Dictionnaire languedocien-françois (présent sur Dicopathe).



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre