Antiquité gréco-romaine, Mythologie, Histoire de l antiquité

Dictionnaire pour servir à l’intelligence des auteurs classiques grecs et latins

comprenant la géographie, la fable, l'histoire et les antiquités ; avec une table chronologique, et un tableau des poids, mesures et monnoies des anciens, comparés avec les nôtres

Auteur(s) : CHRISTOPHE Antoine-Noël-Mathieu

 à Paris, chez L. DUPRAT-DUVERGER, rue des Grands-Augustins, n°24 ; de l'imprimerie de Valade
 édition originale
  1805
 2 vol. : tome 1. A-L (XXI-552 p.), tome 2. M-Z (535p.).
 In-octavo
 basane fauve, dos lisse avec filets et motifs dorés, coiffe ornée, pièce de titre de maroquin rouge, tomaison en maroquin vert


Plus d'informations sur cet ouvrage :

Entré dans les ordres en 1791, Antoine-Noël-Mathieu CHRISTOPHE doit s’exiler quelques mois plus tard suite à son refus de prêter serment aux décrets de l’Assemblée nationale. Rentré en France en 1797, il incite alors les ecclésiastiques à jurer fidélité à la République. Dès lors il entame une carrière littéraire, enchaînant traductions, romans, pièces de théâtre et essais. En 1805, an XIII selon le calendrier encore en vigueur, il publie un Dictionnaire pour servir à l’intelligence des auteurs classiques grecs et latins, dont le but est de servir d’encyclopédie de poche aux étudiants et aux personnes désireuses de lire les auteurs gréco-romains. Il s’agit de l’ouvrage ici présenté.

De longue date les professeurs et les élèves des collèges avaient exprimé le désir de pouvoir disposer d’un ouvrage pratique qui rassemblerait des notions abrégées sur la mythologie, l’histoire, la géographie et la civilisation de l’Antiquité. François SABBATHIER avait entrepris dès 1766 la rédaction d’un Dictionnaire pour l’intelligence des auteurs classiques grecs et latins, tant sacrés que profanes, contenant la géographie, l’histoire, la fable et les antiquités qui restera inachevé à la lettre S. Mais cette encyclopédie était trop volumineuse (trente-six volumes publiés) pour être accessible à un large public et restait cantonnée aux grandes bibliothèques. De son côté Nicolas FURGAULT édite en 1768 et 1776 des dictionnaires synthétiques et abordables, mais bien moins complets. En 1784, Antoine SABATIER publie à son tour Les siècles payens ou dictionnaire mythologique, héroïque, politique, littéraire et géographique de l’Antiquité païenne, qui compte neuf gros volumes.

En 1788, le lexicographe anglais John LEMPRIÈRE sort son Bibliotheca Classica or Classical Dictionary qui, directement inspiré du livre de SABBATHIER, obtient un beau succès et contribue à diffuser la culture gréco-latine dans le monde anglophone. Même s’il est critiqué pour certaines lacunes, quelques approximations dans les dates et des confusions entre des personnages homonymes, ce livre constitue désormais, dans ce domaine, la référence à imiter, égaler ou surpasser.

En avant-propos de son dictionnaire, CHRISTOPHE rend hommage à ses prédécesseurs mais laisse entendre qu’il a réalisé sa propre synthèse en s’appuyant sur les travaux de ses devanciers. Cette assertion ne manque de faire réagir certains critiques : pour eux cet ouvrage est essentiellement une traduction à peine remaniée du livre de LEMPRIÈRE. C’est sous cette étiquette que par la suite elle sera désignée dans les bibliographies et les dictionnaires.

Le dictionnaire couvre quatre domaines principaux : la géographie, la mythologie, ici désignée sous le terme de “fable”, l’histoire traitée sous la forme de fiches biographiques consacrées à des personnalités de premier plan mais aussi à des personnages très secondaires, à l’instar de GARGITTIUS, le chien de garde de GÉRYON tué par HERCULE, et enfin les antiquités. Cette dernière expression englobe toute la civilisation gréco-latine, de l’art à la littérature, des mœurs et des coutumes à l’architecture, aux fêtes et aux divertissements, sans omettre l’organisation politique, sociale et religieuse, les questions monétaires ou le système des poids et mesures.

Une table chronologique, placée en préambule du dictionnaire, est destinée à guider le lecteur peu au fait de la trame historique complexe de cette période. Elle débute par la création du monde, datée ici de 4004 avant J.-C., pour curieusement s’achever en 800, au couronnement de CHARLEMAGNE. L’auteur a pris soin de mentionner dans la plupart des notices les références bibliographiques des sources grecques et latines utilisées.

À sa sortie, le dictionnaire de CHRISTOPHE répond parfaitement à l’attente d’un public estudiantin et lettré, mais il se verra vite concurrencé par de nouveaux ouvrages. Ce sera en particulier le cas du dictionnaire de SABBATHIER, complété et achevé par Antoine SÉRIEYS, dont Marie-Nicolas BOUILLET publiera en 1824 une version abrégée en deux volumes intitulée Dictionnaire classique de l’antiquité sacrée et profane. Mais c’est le Dictionnaire des antiquités grecques et romaines de Charles-Victor DAREMBERG et Edmond SAGLIO, en dix volumes publiés entre 1877 et 1919, qui s’imposera pour longtemps comme la référence francophone sur le sujet.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre