religion catholique

Dictionnaire portatif des prédicateurs françois

dont les sermons, prônes, homélies, panégyriques, et oraisons funèbres sont imprimés. Où l'on a marqué les meilleures éditions qui en ont été́ faites, & les jugemens que les sçavans en ont portés. Avec de courtes analyses de tous les traité́s de l'éloquence de la chaire qui ont paru en françois. Ouvrage utile à ceux qui se destinent au ministère de la chaire, & qui veulent se former sur d'excellens modèles

Auteur(s) : ALBERT Antoine, LACOUR Jean-François de

 

ALBERT, Antoine (curé de Seyne, diocèse d'Embrun, 05) | LACOUR, Jean-François de (curé de Lieusaint, diocèse de Meaux, 77)

 à Lyon chez Pierre BRUYSET PONTHUS
 édition originale
  1757
 1 volume 488 pages
 In-douze
 plein veau marbré d'époque, dos à 5 nerfs, caissons ornés, pièce de titre dorée


Plus d'informations sur cet ouvrage :

Seul Antoine ALBERT apparaît nommément dans l’ouvrage, non dans la page de titre mais dans le “privilège général” inséré dans les premières pages de l’ouvrage. Cependant il est traditionnellement admis qu’il aurait eu comme co-auteur Jean-François de LACOUR (ou Jean-François de COURT).

L’ouvrage est divisé en deux parties. La première traite des prédicateurs français du XVIe et du XVIIe siècle, avec le rappel de leurs différents ministères, de leurs publications assorties d’appréciations critiques sur leur style, leur méthode et leur postérité. Cette période représente un âge d’or inégalé pour la prédication, pratique littéraire à la fois théologique et oratoire.

Elle se matérialisera par la généralisation de chaires à prêcher monumentales dans les églises. Le concile de Trente, achevé en 1563, préconise la prédication et la confession pour lutter contre le protestantisme. Les prédicateurs “vedettes” de l’époque sont bien mis en valeur dans le dictionnaire, tels BOSSUET, BOURDALOUE, FÉNELON ou QUIQUERAN de BEAUJEU.

La seconde partie présente des ouvrages sermonnaires dont les titres propres sont plus connus que leurs auteurs, comme Science de la chaire ou Dictionnaire apostolique. La préface précise que l’auteur s’est inspiré, entre autres, du Dictionnaire de MORÉRI et du Dictionnaire historique portatif de l’abbé LADVOCAT.

Pour les auteurs, les prédicateurs sont les ambassadeurs du Seigneur et « la parole de Dieu doit être du pain pour les forts, du lait pour les enfants, & du miel pour les faibles ». La vocation de l’ouvrage est clairement exprimée en fin de préface : « Quoi qu’il en soit, on a tâché… de ne proposer ici pour modèles que les sermons qui sont les plus capables d’exciter l’attention, d’instruire les ignorans & de faire trembler les pécheurs obstinés, ce qui doit être la fin de tous les discours évangéliques. »



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre