Armée, organisation, intendance et stratégie militaire, conduite de la guerre, construction

Dictionnaire militaire

ou, Recueil alphabétique de tous les termes propres à l'art de la guerre, sur ce qui regarde la tactique, le génie, l'artillerie, la subsistance des troupes, et la marine. On y a joint l'explication des travaux, qui servent à la construction, à l'attaque et à la défense des places, et des détails historiques sur l'origine et la nature des différentes espèces, tant d'offices militaires anciens et modernes, que des armes qui ont été en usage dans les différens tems de la monarchie

Auteur(s) : AUBERT de LA CHESNAYE des BOIS François Alexandre

 à Paris, chez GISSEY, rue de la vieille bouclerie, BORDELET, rue saint Jacques, DAVID le jeune, rue de Hurpoix
 seconde édition revue, corrigée & augmentée. La première édition date de 1743
  1745
 2 vol : tome 1. A-G (VIII-592 p.), tome 2. H-Z (564 p.)
 In-douze
 veau, dos à cinq nerfs ornés, Armes du marquis de LA FAYETTE en dorure sur les plats des livres
 lettrines ornées, bandeaux décoratifs


Plus d'informations sur cet ouvrage :

Le nom (interminable……) de l’auteur, François Alexandre AUBERT de LA CHESNAYE des BOIS, varie selon les ouvrages et ne figure sur les pages de titre que par les initiales : « par M. A.D.L.C. ». Ancien moine en rupture de couvent, il est l’auteur d’une œuvre prolifique et variée dont un important Dictionnaire de la noblesse réédité et augmenté à plusieurs reprises.

L’ouvrage ici présenté, publié en 1745, rencontre un certain succès, car l’année suivante sort un troisième tome sous l’appellation Supplément au Dictionnaire militaire. Enfin, en 1758, le dictionnaire est réédité en trois volumes sous un nouveau titre : Dictionnaire militaire portatif. Pour rédiger cette somme, l’auteur puise, comme à son habitude, dans les écrits de spécialistes comme VAUBAN, Pierre SURIREY de SAINT-REMI ou encore Raimondo MONTECUCCOLI. Un des atouts revendiqués du dictionnaire consiste à prendre en compte les différentes composantes de l’armée, de la marine, de l’artillerie et du génie afin de constituer une synthèse pratique, aisée à transporter et à consulter.

En le rédigeant, l’auteur vise aussi bien les élèves officiers que les officiers confirmés : « Je prie ceux qui liront ce dictionnaire, soit pour s’instruire, soit pour s’amuser, de faire attention que j’ai écrit pour tous les jeunes officiers en général & pour un chacun en particulier. » Avec une pointe d’immodestie ou d’ironie, il va jusqu’à parler de « Messieurs les officiers à qui cet ouvrage n’est pas moins nécessaire que le Code militaire. » Il met particulièrement l’accent sur les termes de marine et de génie, matières souvent négligées dans les traités plus anciens, mais qui prennent de l’importance depuis les guerres de LOUIS XIV.

À la suite des définitions, le second volume reprend le détail des régions militaires, les ordonnances prises depuis 1743, et surtout la liste exhaustive des régiments en activité à l’époque : infanterie, cavalerie et dragons, « avec les noms des colonels et des mestres de camp qu’ils ont eu jusqu’à présent ».

Ce dictionnaire est une Intéressante source d’information, d’autant qu’à cette date la France est engagée dans la longue guerre de Succession d’Autriche et qu’il donne une idée de la composition de l’armée de terre engagée sur le front. Les uniformes sont décrits avec beaucoup de soin et de détails. L’ouvrage est dédicacé au prince de TURENNE, colonel général de la cavalerie légère française et étrangère.

Le blason de la famille LA FAYETTE orne les plats des reliures.



1 Commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre