Mythologie, Antiquité gréco-romaine, Histoire de l antiquité

Dictionnaire illustré de la mythologie et des antiquités grecques et romaines

Auteur(s) : LAVEDAN Pierre

 

ANEL, CANONNE Georges, CHATELARD, DELARUELLE Georges, DELARUELLE Etienne, LOUBIERES, VIEL-LEFOND, ROUSSEAU, et al.

 Paris, librairie Hachette
 édition originale
  1931
 1 vol (1037 p.)
 In-quarto
 demi-basane brune, toile marbrée, dos lisse avec motifs floraux et filets dorés
 photographie d'un bas-relief en frontispice, 1015 illustrations gravées au trait et en simili-gravure


Plus d'informations sur cet ouvrage :

La culture gréco-latine, unanimement reconnue comme la culture fondatrice de l’Europe occidentale, a toujours fait l’objet de multiples publications. Soucieuses de proposer sur l’Antiquité une somme susceptible de rivaliser avec celles des grands historiens allemands, les éditions Hachette font paraître en 1873 le Dictionnaire des antiquités, d’abord par fascicules puis en dix tomes reliés qui paraîtront entre 1877 et 1919. Sous les directions successives de Charles Victor DAREMBERG, d’Edmond SAGLIO puis d’Edmond POTTIER, cet ouvrage devient la référence française du genre. Richement illustré, le “Daremberg”, comme il est communément dénommé, bénéficie de la contribution d’historiens, de scientifiques, d’universitaires et de spécialistes renommés.

Ce dictionnaire devenant de plus en plus volumineux, le projet d’en réaliser une version abrégée prend corps aux éditions Hachette. Mais, plutôt que de retravailler le Daremberg, l’équipe de rédaction, dirigée par l’historien Pierre LAVEDAN, décide de réaliser un ouvrage totalement nouveau, plus synthétique et surtout destiné à un plus large public. Cet ouvrage peut bénéficier de la collection de gravures appartenant à la maison d’édition, déjà réalisées pour illustrer le Dictionnaire des antiquités. L’ouvrage à venir se veut, avant tout, « destiné aux professeurs, aux étudiants des facultés, aux élèves des classes supérieures de l’enseignement secondaire, et au public cultivé qui s’intéresse aux lettres, aux arts, et aux civilisations antiques ».

Interrompus par la guerre, les travaux de rédaction reprennent en 1920, avec une iconographie en partie renouvelée. Les références bibliographiques sont actualisées alors que des ajouts et des corrections sont apportés pour prendre en compte les études et les découvertes récentes. Après une longue période de gestation, le Dictionnaire illustré de la mythologie et des antiquités est publié en 1931. Le nom de Paul LAVEDAN, en qualité de seul auteur, est inscrit sur la page de titre, même si, par ailleurs, nous retrouvons les noms de quelques-uns de ses collaborateurs, en général des étudiants et des professeurs rencontrés au cours de sa carrière universitaire.

Moins ambitieux que son illustre modèle, moins détaillé et plus généraliste, ce dictionnaire évite les controverses archéologiques ou historiques, écarte les détails trop techniques et s’abstient de recourir à un vocabulaire “jargonnant”. LAVEDAN précise en préface que « les spécialistes des études grecques et latines n’y devront chercher ni la masse de références, ni les discussions critiques de textes ou d’hypothèses récentes qui dépasseraient de beaucoup son cadre restreint. Tout appareil d’érudition a été écarté de parti pris ». De même, par souci de simplifier la consultation de l’ouvrage, la nomenclature adoptée se base sur les termes francisés, alors que le Daremberg se fondait sur la terminologie grecque ou latine.

Les définitions permettent de retracer la civilisation antique, dans sa vie quotidienne (impôts, vêtements, rites funéraires, mariages, voirie, agriculture, monnaie, commerce, etc.), dans ses réalisations architecturales, dans ses institutions politiques, judiciaires ou religieuses, et enfin dans ses réalisations urbanistiques et artistiques illustrées de plans et de gravures.

Ce dictionnaire se distingue par la place prépondérante qu’il accorde à la mythologie. Les principaux dieux et héros, tels que DIONYSOS, HÉRAKLÈS, les DIOSCURES, THÉSÉE, ATHÉNA, et bien entendu ZEUS et JUPITER, traités séparément, font l’objet de longs développements. L’histoire de leur mythe, leur culte, les fêtes qui leur étaient consacrées, leur iconographie, sont soigneusement détaillés. À côté de ces “grands personnages”, les auteurs prennent soin de ne pas négliger une multitude de divinités secondaires liées aux croyances populaires et à des cultes plus anciens, comme les HARPIES, SISYPHE, les LARES, LIBITINIA, BRIARÉE, AEDON, SYLVAIN, ou encore MAÏA et JUTURNE. Les rites religieux, les temples, les sanctuaires, la divination sont également décrits avec soin. Certains rites, assez effrayants et sanglants, nous semblent aujourd’hui bien étranges, tels les mystères d’Éleusis, les Lupercales, les cultes de MITHRA et de CYBÈLE, ici dénommée la “mère des dieux”.

Ce dictionnaire de la mythologie et des antiquités atteindra son objectif et répondra aux attentes d’un large public. Il sera réédité à plusieurs reprises jusqu’en 1964. Pour sa partie mythologique, il sera surclassé en 1951 par la parution du Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine de Pierre GRIMAL. De son côté LAVEDAN poursuivra une brillante carrière dans un domaine différent de celui de l’Antiquité : l’urbanisme, accédant en 1942 au poste de directeur de l’Institut de l’urbanisme de Paris.

Quelques termes peu connus ou oubliés à retrouver dans le dictionnaire

Byssus, Péculat, Xénélasie, Bucranes, Rhyton, Silentiaire, Kékryphale, Cryptie, Agonothète, Opistodome, Pédotribe, Proxènie, Usucapion, Chrysargyre, Dendrophories, Eolipyle, Hiporchème, Sarisse, Centon, Putéal, Sistre, Théorikon, Néocore, Bidental, Stylobaste, etc.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre