Esotérisme, Occultisme, Chiromancie

Dictionnaire élémentaire de Chiromancie

méthode pour lire soi-même dans les mains

Auteur(s) : POINSOT Mafféo-Charles

 Paris, éditions DROUIN, rue de Moscou, 38
 édition originale
  1927
 1 vol (248 p.)
 In-douze
 demi-toile et cartonnage marbré, étiquette sur le dos
 dessins et empreintes de mains


Plus d'informations sur cet ouvrage :

Écrivain “polygraphe”, pour reprendre l’adjectif utilisé le plus souvent à son égard, Mafféo Charles POINSOT est un personnage excentrique et marginal de la scène littéraire. Véritable touche-à-tout, il est l’auteur ou le collaborateur d’un grand nombre d’ouvrages traitant de sujets variés. De sa bibliographie riche de biographies, anthologies, romans et autres essais, ressort une prédilection marquée pour la poésie et l’ésotérisme. Son principal fait d’armes littéraire consiste à avoir écrit, en collaboration avec son ami NORMANDY et sous le pseudonyme collectif de Paul de ROBERTSKI, le roman érotique Le fouet en Pologne et en Autriche-Hongrie. Pour le reste on connaît peu de chose de sa vie, et la date de sa mort est inconnue.

Au début du XXe siècle, POINSOT est déjà l’auteur de plusieurs livres traitant de magie et de sciences occultes, dont certains seront redécouverts plus tard, comme La magie des campagnes, Secrets et pratique de désenvoûtement et La magie des nombres. Le Dictionnaire élémentaire de Chiromancie est publié en 1927 chez DROUIN, spécialiste d’ouvrages ésotériques.

Pratiquée depuis des milliers d’années en Asie et des siècles en Occident, la science divinatoire de la chiromancie consiste à interpréter les lignes de la main pour déchiffrer le caractère et la destinée des individus. Au XIXe siècle cette pratique connaît un regain par le biais de la chirologie et de la chirognomonie, qui prétendent associer la chiromancie à la psychologie, à la physiognomonie, puis plus tard à la graphologie et à l’astrologie. Plusieurs personnages hauts en couleur contribuent ainsi à assurer à la discipline une publicité tapageuse mais durable. C’est ainsi qu’on peut citer DESBAROLLES, d’ARPENTIGNY et BENHAM.

C’est dans cet héritage “scientifique” ou pseudo-scientifique qu’entend se situer ce dictionnaire. Pour l’auteur, la chiromancie « a trouvé une élite honnête et fervente qui lui assure sa place parmi les sciences véritables. Car c’est une science, avec sa base double de théorie et d’expérience coordonnées, une science subtile sans doute mais pas plus que d’autres reconnues officiellement telle la métapsychie ».

Le livre est préfacé par le célèbre occultiste Paul-Clément JAGOT. Il rend hommage appuyé à POINSOT qui, « parce que rationaliste, s’est d’abord constitué une conviction à l’aide de l’observation, non sans avoir aussi jeté un attentif regard sur tous les domaines de la science occulte afin de dominer constamment son sujet ».

Les livres sur la chiromancie ont été nombreux, mais cet ouvrage se targue d’être le premier véritable dictionnaire sur le sujet. Il se veut un outil pratique et grand public, à même de fournir les éléments de la “topographie” de la main et les moyens d’en interpréter les éléments. C’est ainsi qu’un médius gonflé est considéré comme étant un signe de pessimisme. Le désir d’adultère, quant à lui, peut se déceler par des “îles” sur la ligne de la destinée ou celle du soleil, tandis que l’imagination relève de monde lunaire. L’aspect physique (molle ou dure, passive ou active, etc.) et visuel (couleur, taches, etc.) de la main est pris en compte, tout comme certaines considérations graphologiques.

À la suite du dictionnaire ont été placées trois empreintes de paume de main accompagnées de leurs interprétations en chiromancie : la main d’un intellectuel, celle d’un industriel et enfin celle d’une femme.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre