Médecine, Pharmacie, anatomie

Dictionnaire de médecine usuelle

à l'usage des gens du monde, des chefs de famille et de grands établissements, des administrateurs, des magistrats et des officiers de police judiciaire, enfin pouvant servir de direction à tous ceux qui se dévouent au soulagement des malades. Avec une introduction servant d'exposé pour le plan de l'ouvrage et de guide pour son usage

Auteur(s) : BEAUDE Jean-Pierre (directeur de publication)

 

Une société de membres de l'Institut et de l'Académie de médecine, de professeurs, de médecins, d'avocats, d'administrateurs et de chirurgiens des hôpitaux : baron ALIBERT Jean-Louis, ANDRIEUX, ANDRY, BALLY, BEAUGRAND, BEAUDE Jean-Pierre, BLACHE, BLANDIN Philippe-Frédéric, BOUCHARDAT Apollinaire, BOURGERY Jean6baptiste Marc, CAFFE, CAPITAINE, CARRON du VILLARDS Charles-Joseph Frédéric, CHEVALLIER Jean-Baptiste Alphonse, CLOQUET Jules, COLOMBAT Marc (dit COLOMBAT de l'Isère), COMTE A., COTTEREAU, COUVERCHEL Jean-François, CULLERIER Michel, DALMAS, DELEAU jeune, DESLANDES Léopold, DEVERGIE Alphonse, DONNE, DUMONT, FALRET Jean-Pierre, FIARD, FURNARI Salvatore, GERDY Pierre Nicolas, GILLET de GRAMMONT, GRAS Albin, GUERSANT Louis Benoït, HARDY, LARREY Félix Hippolyte, LAGASQUIE Auguste, LANDOUSY Hector, LELUT Louis Francisque, LEROY d'ETIOLLES Jean Jacques Joseph, LESUEUR, MAGENDIE François, MARC Charles, MARCHESSEAUX, MARTINET, MARTINS Charles-Frédéric, OLIVIER (dit OLIVIER d'Angers), ORFILA Mathieu, PAILLARD de VILLENEUVE Adolphe-Victor, PARISET Etienne, PETIT A. (dit PETIT de MAURIENNE), PLISSON, POISEUILLE Jean Léonard Marie, SANSON Alphonse, ROYER-COLARD Hippolyte, TREBUCHET A., TOIRAC, VELPEAU Alfred, ...

 à Paris, DIDIER, libraire-éditeur, quai des augustins, 35, et chez tous les libraires de France et de l'étranger
 édition originale
  1849
 2 vol : tome 1. A-H (LXXVIII-645 et 264 p.), tome 2. I-Z (728 et 79 p.). Pagination continue entre les 2 tomes, pages 1 à 991, sauf les lettres F, G et H paginées de 1 à 264 dans le tome 1. En fin de tome 2, supplément paginé de 1 à 79
 In-octavo
 demi basane et carton marbré, titre doré
 illustrations en noir et blanc. Quelques vignettes représentant par exemple l'Académie de médecine de Paris, un portrait d'Hippocrate, des figures allégéroriques, quelques schémas dans le texte (Phrénologie, Appareil de Marsh)


Plus d'informations sur cet ouvrage :

Ce dictionnaire de médecine est un ouvrage collectif, le docteur Jean-Pierre BEAUDE assurant le rôle de directeur de publication.

Sa pagination complexe s’explique par le fait qu’il est issu d’une souscription en 116 livraisons. Le premier tome devait s’arrêter à la lettre E, mais, pour équilibrer le volume des deux parties, les lettres F, G et H ont finalement été intégrées dans le tome 1 avec une pagination différente. Cet ouvrage se veut avant tout pratique et focalisé sur deux aspects : le souci de l’hygiène, au sens le plus large, et l’information du grand public sur « la conduite à tenir lors des divers accidents et des maladies, lorsque l’on ne pourra avoir immédiatement les secours du médecin ». C’est ainsi que l’accent y est mis sur les précautions sanitaires, la manière de traiter les plaies, de réaliser bandages et pansements. L’avant-propos invite le patient à consulter un médecin pour tous les maux chroniques qui peuvent devenir graves s’ils ne sont pas traités à temps, et il met les lecteurs en garde contre les charlatans et les vendeurs de remèdes.

Destinée à un large public, une longue introduction, sous forme de résumé scientifique, présente des notions de base en anatomie, botanique, physique, chimie, zoologie, hygiène et pathologie. La notion d’hygiène est prise ici au sens très large : elle comprend l’hygiène privée centrée sur l’individu et l’hygiène publique qui engage l’ensemble du corps social et des pouvoirs publics.

À titre de curiosité, on peut citer, rattaché à la thématique “hygiène”, un long chapitre consacré à l’onanisme, « un des plus affreux fléaux de l’humanité ». Une sous-partie “hygiène des campagnes” fait l’apologie de la qualité de l’air à la campagne par rapport à celui des villes et de « l’exercice salutaire » du travail des champs, tout en soulignant les conditions de vie misérable de la plupart des paysans et les pratiques dangereuses d’automédication traditionnelle : « L’habitant des campagnes est encore exposé à beaucoup de dangers qui, la plupart, sont le produit de son ignorance et de sa crédulité. Il pratique une foule de recettes plus ou moins mauvaises, qu’il applique sans aucun discernement. Il abandonne sa santé aux charlatans et aux empiriques. »

Enfin ce dictionnaire de médecine générale évoque un décret de 1810 sur les activités artisanales et industrielles dangereuses ou insalubres et sur la nécessité de les maintenir à distance des habitations. A contrario, la quasi-absence de planches et d’illustrations détonne un peu dans un dictionnaire qui se veut pratique, utile et pédagogique. Un certain nombre de personnalités médicales et scientifiques de l’époque ont apporté leur contribution, dont certaines sont décédées à la date de la parution de cet ouvrage. On peut citer entre autres VELPEAU, PARISET, ORFILA, POISEUILLE ou encore CULLERIER.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre