Construction navale, Navigation

Dictionnaire de marine

contenant les termes de la navigation et de l'architecture navale avec les règles & proportions qui doivent y être observées. Ouvrage enrichi de figures représentant divers vaisseaux, les principales piéces servant à leur construction, les différens pavillons des nations, les instrumens de mathématique, outils de charpenterie & menuiserie concernant la fabrique ; avec les diverses fonctions des oficiers

Auteur(s) : AUBIN Nicolas

 à Amsterdam, chez Jean COVENS et Corneille MORTIER
 seconde édition, revue, corrigée et augmentée (la première édition date de 1702)
  1736
 1 vol (879 p)
 In-seize
 veau, dos orné à cinq nerfs, plats estampés (dessin effacé)
 illustrations en noir et blanc. Gravure en frontispice par Jan LAMSVELT, vignette de l'épître dédicatoire par SCHLEY, 24 planches hors-texte gravées en taille-douce, dont 2 dépliantes et 6 de pavillons (sur double page dont 5 dépliantes), vignettes dans le texte


Plus d'informations sur cet ouvrage :

Pasteur protestant, exilé aux Pays-Bas suite à la révocation de l’édit de Nantes, Nicolas AUBIN, dont ne connaît pas la date de décès, est encore renommé de nos jours pour son livre sur les possédés de LOUDUN et le procès d’Urbain GRANDIER. Cet ouvrage éclipse quelque peu son travail sur la marine, qui sera néanmoins repris et retravaillé au cours du siècle. Pour réaliser son dictionnaire, AUBIN semble avoir pris comme modèle le Dictionnaire des termes de marine de Nicolas DESROCHES, premier véritable lexique français consacré à ce thème.

Ce dictionnaire maritime connaît plusieurs rééditions, dont celle présentée ici. Ce travail de synthèse sera par la suite actualisé et complété par l’œuvre d’Alexandre SAVÉRIEN sur le sujet. L’auteur met un point d’honneur à traduire au plus exact les termes de marine hollandais, les Pays-Bas étant à l’époque la grande référence en Europe pour tout ce qui concerne marine et navigation.

Chaque article comprend les termes équivalents en langue hollandaise, voire les dénominations régionales et locales indiquées en italiques. Par exemple, à “chasse” : Prendre chasse : vlutgen, vlieden, wyken, sorlen ; à “cordages” : koord, kordasie, touwerk. Nous ne sommes pas en présence d’un simple lexique, car les définitions y sont souvent largement développées. Ainsi “canon” décrit les différents types de bouches à feu, les manœuvres à effectuer, le maniement ainsi que le vocabulaire spécifique en français et en néerlandais. Nous y trouvons aussi de longs paragraphes sur les compagnies de commerce créées en Hollande et sur leur fonctionnement.

La préface fait l’éloge des ouvrages de Nicolas WITSEN, ancien bourgmestre d’Amsterdam et auteur de nombreux écrits sur la construction navale, en particulier le Aeloud en hedendaegsce scheeps-bouw en bestier, paru en 1671, dont AUBIN s’est beaucoup inspiré. Après la page de titre, cette édition intègre une épître dédicatoire, en néerlandais, à Henrik BICKER qui remplissait, entre autres fonctions, celle d’échevin (oud-schepen der stadt Amsterdam) et d’avocat fiscal pour l’amirauté (advokaat fiskaal ter admiraliteit).



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre