Agriculture, agronomie, sylviculture, horticulture, Elevage

Dictionnaire d’agriculture

Encyclopédie agricole complète

Auteur(s) : BARRAL Jean-Augustin, SAGNIER Henry

 

BARRAL Jean-Augustin, BOULEY Henri, BOUQUETde LA GRYE, BOUFFARD Auguste-Désiré, AIME GIRARD Alfred Claude, HARDY Auguste-François, MILLOT Arthur, SANSON André, LEMOINE Ernest, MUSSAT Emile Victor, RISLER Eugène, SCHRIBAUX Emile, BERTHAULT François, DUCLAUX Emile, GOS François, FOEX Gustave, HEUZE Gustave, MARSAIS G., DUCLAUX,CHABOT-KARLEN, BOULEY Henri, SAGNIER Henry, VILMORIN Henry de, DYBOWSKI Jean, DEGRULLY Léon, MAQUENNE Léon, CORNU Maxime, GIRARD Maurice, AUDOLLENT P., DUBOST Paul-Claude, CADIOT Pierre, MULLER Paul, DEHERAIN Pierre-Paul, LEZE R., ZOLLA et al.

 à Paris, librairie HACHETTE et Cie, 79 boulevard Saint-Germain
 édition originale
  1886 (tome 1), 1888 (tome 2), 1889 (tome 3), 1892 (tome 4)
 4 vol. : tome 1. (XV-944 p.), tome 2. (1052 p.), tome 3 (1052 p.), tome 4. (1108 p.)
 In-octavo
 demi basane verte d'époque, dos lisse orné de filets dorés
 près de 2800 gravures sur bois dans le texte. La page de titre précise : "Ouvrage illustré d'un grand nombre de gravures"


Plus d'informations sur cet ouvrage :

La page de titre indique la fonction de l’auteur principal, Henry SAGNIER : « rédacteur en chef du Journal de l’agriculture ». Comme le précise la préface, la rédaction de cet ouvrage a été entamée sous la direction de Jean-Augustin BARRAL en 1880. Ce dernier pensait en faire « le couronnement de sa carrière et d’une vie laborieuse consacrée toute entière au progrès de l’agriculture ». À son décès intervenu en 1884, celui-ci n’avait pu achever que les articles de la lettre A et les premiers de la lettre B, soit environ les trois quarts du premier tome.

Chimiste et physicien, BARRAL, qui reste associé pour la postérité pour avoir isolé et étudié la nicotine, était également une référence dans le monde de l’agronomie. Il avait fondé en 1837 le Journal d’agriculture pratique, en association avec BIXIO, et en 1866 le Journal d’agriculture. De plus il a été secrétaire perpétuel de la Société nationale d’agriculture de France et l’auteur de nombreuses publications sur le sujet, dont le Bon fermier, aide-mémoire du cultivateur. S’il n’a pu achever son grand dictionnaire, il a laissé ses notes et sa documentation, en a tracé le plan général et « la méthode suivant laquelle il devait se poursuivre était indiquée ».

Sollicité par les éditions Hachette, Henry SAGNIER prend la suite de BARRAL. Ancien et proche collaborateur de celui-ci, rédacteur en chef du Journal d’agriculture, il n’a guère de mal à recruter un grand nombre de professeurs, agriculteurs et scientifiques pour compléter et achever le dictionnaire. Certains contributeurs sont assez connus dans le milieu de l’agriculture, de l’agronomie, de la science vétérinaire et du jardinage, comme Henry de VILMORIN, Henry de BOULEY, Alfred Claude AIME GIRARD ou encore André SANSON. Une grande partie de ces collaborateurs sont membres de la Société nationale d’agriculture, professeurs à l’Institut national agronomique ou attachés à des écoles nationales d’agriculture, en particulier celle de Grignon. D’autres sont des exploitants expérimentés mais aujourd’hui inconnus.

Ardent défenseur et promoteur d’une agriculture moderne, BARRAL entendait présenter une synthèse des progrès agricoles, agraires et scientifiques, ainsi que ceux portant sur l’économie agricole et rurale : « Aucune exploitation rurale ne peut vivre désormais en s’isolant du reste du monde. La multiplicité des chemins de fer et de toutes les voies de transport, la rapidité des communications, ont rendu les marchés solidaires les uns des autres de telle sorte qu’il n’est pas possible de se faire producteur d’une denrée agricole quelconque sans se préoccuper des conditions générales et spéciales qui influent sur les débouchés et les variations de prix qu’elle peut rencontrer. »

Les articles sont très fouillés et n’hésitent pas à rentrer dans les détails techniques et les descriptions poussées. Les travaux agricoles, dont l’utilisation de machines comme les trieurs ou les faucheuses, sont décrits étape par étape. Chaque département a également droit à un état des lieux précis assorti de données statistiques. De nouvelles cultures encore peu répandues en Europe, comme celles du soja et du sorgho, sont même présentées. Ce dictionnaire n’omet aucun aspect de l’activité agricole, et, qu’il s’agisse de la création de nouvelles races de bétail, des nouvelles techniques de fertilisation ou de fanage, de lutter contre les parasites, soigner les animaux ou construire un bâtiment en pisé, il propose au lecteur des notices très précises. Les nombreuses et belles gravures (voir les exemples proposés) font la part belle à la botanique, au monde animal, à l’outillage au machinisme agricole.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre