Histoire, Histoire de France, histoire des mœurs

Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de la cour et des usages du monde, des amusements, des modes, des mœurs, etc. des français depuis la mort de Louis XIII jusqu’à nos jours

contenant le tableau de la Cour, de la société et de la littérature du XVIIIe siècle ou l’Esprit des étiquettes et des usages anciens comparés aux modernes

Auteur(s) : GENLIS Stéphanie-Félicité du CREST comtesse de

 à Paris, à la universelle ancienne et moderne de BOHAIRE, acquéreur du fonds de MONGIE, boulevard des Italiens, n°, au coin de la rue Lafitte ; à Lyon, même maison de commerce, rue Puits-Gaillot, n°9
 nouvelle édition (la première date de 1818)
  1833
 2 vol : tome 1. A-M (XII-409 p.), tome 2. N-V (IV-402 p.)
 In-douze
 plein-veau, dos à cinq nerfs, titre doré


Plus d'informations sur cet ouvrage :

Stéphanie Félicité du CREST de SAINT-AUBIN, plus connue comme la comtesse de GENLIS, est décédée à plus de 84 ans. Elle traverse les règnes de LOUIS XV et de LOUIS XVI, vit de près les bouleversements de la Révolution et de l’Empire, connaît la Restauration des Bourbons, avant d’assister, peu avant sa mort, à l’avènement de LOUIS-PHILLIPE dont elle a été l’éducatrice quand il était encore enfant. Esprit brillant et dotée d’une forte personnalité, femme de lettres renommée, elle est l’auteur de près de 80 ouvrages.

Ses romans et ses pièces sont aujourd’hui tombés dans l’oubli, mais elle est surtout connue pour ses Mémoires. Bien qu’ayant fréquenté les milieux littéraires de son temps et rencontré ROUSSEAU et VOLTAIRE, elle ne ménage pas pour autant ses critiques envers les philosophes et les encyclopédistes (voir ici le commentaire de cet ouvrage sur Dico-collection). Au-delà d’un simple témoignage sur les mœurs d’antan et sur les étiquettes de la cour de France, la comtesse de GENLIS souligne l’intemporalité des normes sociales et du “bon” comportement : « La politesse est le sacrifice continuel de l’amour-propre et d’une infinité de choses agréables ou commodes. Ainsi cet art de plaire, dans toutes les situations et à tous les âges, n’est pas aussi frivole qu’on se plaît aujourd’hui à le croire. »

Revendiquant un franc-parler qu’elle a toujours pratiqué, elle a souvent la plume assez acerbe et la critique mordante. Dans la préface elle déclare d’ailleurs d’emblée : « J’ose dire que personne ne pourra raisonnablement réfuter une de mes critiques, parce que je n’ai critiqué que des choses grossièrement ridicules, que je n’ai désapprouvé que des principes évidemment odieux ou absurdes, et qu’enfin je n’ai accusé qu’en citant et en produisant des preuves irrécusables. »

La comtesse de GENLIS critique ainsi l’anglomanie (« On renonçoit à toute conversation pour passer les soirées à prendre du thé et manger des tartines au beurre »), le clavecin (« instrument très sec et d’un son peu agréable, mais sur lequel, par sa sécheresse même, l’exécution paraissoit beaucoup plus brillante ») et VOLTAIRE (« VOLTAIRE a gâté la gaieté française par la licence et la méchanceté »). À ce titre, c’est l’ensemble des philosophes “modernes” qu’elle étrille : « Peut-on mettre en doute leur projet combiné, médité, de flatter toutes les passions, de détruire la morale et toute religion, et d’armer les peuples contre les rois et les nobles. Non. Est-il donc possible d’aimer et d’admirer de tels hommes quand on réfléchit, depuis quarante ans ; sur les maux qu’ils ont causés. »

Cet ouvrage, conçu sous la forme d’un dictionnaire, constitue également un guide de bonne conduite, un recueil d’anecdotes, de souvenirs personnels, de faits historiques, mais surtout un billet d’humeur. Sur les sociétés passées et présentes, la comtesse n’hésite pas à livrer systématiquement le fond de sa pensée, le tout émaillé de très nombreuses citations, notes et références littéraires. Beaucoup d’articles touchent également à la littérature, au théâtre et à l’art.

Une table des matières figure à la fin du deuxième tome, et on remarque un ex-libris au nom de COMPTON MACKENZIE, écrivain britannique, sur le contre-plat de chaque volume.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre