Géographie, Histoire de France

Dictionaire géographique et historique

contenant une description exacte de tous les états, royaumes, provinces, villes, bourgs, montagnes, caps, isles, presq'isles, lacs, mers, golfes, détroits, fleuves, et rivières de l'univers. La situation, l'étendue, les limites, les distances, la qualité de chaque pays, les forces, le nombre, les moeurs, et le commerce de ses habitans ; et le rapport de la géographie ancienne avec la moderne. Tirée des meilleurs auteurs, et des relations des plus fidèles voyageurs. Avec une table latine et françoise des noms anciens et modernes de chaque lieu, pour la facilité de ceux qui lisent les auteurs latins

Auteur(s) : BAUDRAND Michel-Antoine, GELE Jean

 à Paris chez François-André PRALARD fils, rue saint Jacques, à l'enseigne La fortune, atelier situé près de la fontaine saint Séverin
 édition originale
  1705
 1 vol (texte sur 2 colonnes numérotées de 1 à 1926-CCCXXXIV)
 In-folio
 vélin rigide d'époque, dos à huit nerfs, pièce de titre rouge, grand médaillon central à froid, filet d'encadrement à la DUSEUIL
 gravure en taille douce placée en frontispice représentant l'abbé BAUDRAND avec ses armoiries par VIGNON d'après CRESPY, quelques vignettes ornementales


Plus d'informations sur cet ouvrage :

L’abbé Michel Antoine BAUDRAND commence par rédiger en latin un ouvrage de géographie intitulé Geographia ordine litterarum, un des plus anciens recueils du genre. Le Dictionnaire géographique et historique ici présenté est constitué, en grande partie, par la traduction de cet ouvrage en français.

Avant de mourir BAUDRAND lègue sa bibliothèque à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, charge à elle d’achever l’ouvrage. La mission est confiée au père Jean GELÉ qui rassemble la documentation et les notes, apporte des corrections et procède à de nombreux ajouts. Il rédige également la table de concordance des noms latins et français contenus dans le volume. L’ouvrage débute par une dédicace, ou “Epistre” : « À monseigneur de CHAMILLART, ministre et secrétaire d’état, conseiller au Conseil royal, controlleur général des finances ». Elle est rédigée par le frère de l’abbé BAUDRAND, suite à un vœu que celui-ci avait formulé avant son décès.

Michel CHAMILLART est un personnage méconnu, de la dernière partie du règne de LOUIS XIV. Il occupe pourtant simultanément les postes éminemment stratégiques de contrôleur général des finances, autrefois occupé par COLBERT, et de secrétaire d’État à la guerre, succédant ainsi à LOUVOIS. Il ne pourra faire face avec efficacité à ses écrasantes responsabilités, d’autant que le royaume se trouve bientôt engagé dans la longue guerre de Succession d’Espagne.

La préface débute par une biographie détaillée de l’abbé BAUDRAND et par des précisions sur les diverses unités de mesure terrestres usitées dans le monde. Vient ensuite une longue partie consacrée au vocabulaire “technique” utilisé pour la représentation de la surface terrestre : latitude, longitude, pôles, méridiens, tropiques, etc. On peut noter que la division du monde en zones climatiques est déjà d’actualité : « Les géographes, non contents d’avoir divisé la Terre en zones, pour en marquer la différente température, l’ont encore divisée en climats par rapport à la longueur et la brièveté des jours. »

Le volet historique de ce dictionnaire, qui reste avant tout un ouvrage géographique, est surtout marqué par des références rapides à l’histoire militaire et diplomatique (sièges, prises, gouvernements, traités, etc.). Pas de cartes ou d’illustrations dans la partie dictionnaire, mais des listes de pays et de villes.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre